L’inspection professionnelle au cœur de la protection du public

Jean-Yves_Rheault-travailleur-socialEntretien avec M. Jean-Yves Rheault, T.S., responsable de l’inspection professionnelle à l’Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec

Jean-Yves Rheault, T.S., responsable de l’inspection professionnelle à l’Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec (OTSTCFQ), situe d’entrée de jeu l’inspection professionnelle au cœur de la mission de protection du public de son ordre : « Il faut que nos membres soient compétents, pour éviter de compromettre la protection du public. Comment s’en assurer? Notamment par l’inspection professionnelle qui nous permet de vérifier les compétences de nos membres de façon à prévenir les fautes professionnelles, déontologiques, etc. »

Travailleur social depuis 1998, Jean-Yves Rheault s’est joint à l’équipe de l’Ordre en 2003. Il a, depuis le début, participé aux colloques, aux assemblées générales annuelles, aux activités de formation continue et affirme sa « fierté personnelle et professionnelle de porter le titre de T.S. » et a « épousé les valeurs et la mission de l’Ordre ».

Nouveau référentiel

« En 2013, nous avons instauré un nouveau cadre d’inspection professionnelle, car la profession et sa pratique évoluent sans cesse. Nous avons donc produit un référentiel lié à l’exercice de la profession de travailleur social. Nous ferons de même pour les thérapeutes conjugaux et familiaux. Notre nouveau cadre d’inspection professionnelle repose sur l’autoévaluation des membres à l’aide d’un portail informatique ». Grâce au programme d’inspection professionnelle, l’OTSTCFQ peut rapidement mettre en place des mesures correctives, alors que le processus disciplinaire est nettement plus long, précise M. Rheault. Les thérapeutes conjugaux et familiaux qui possèdent les deux titres professionnels ont déjà été inspectés avant l’entrée en vigueur du nouveau cadre. Cependant, ils peuvent faire l’objet d’une inspection particulière, généralement demandée par le syndic. »

La marche à suivre

L’Ordre informe ses membres du programme annuel de l’inspection. Tout le processus est informatisé. Les membres sélectionnés pour une visite d’inspection professionnelle sont prévenus par courriel. Ils se connectent sur le site, remplissent le formulaire en ligne et transmettent les dossiers professionnels qui ont servi à l’autoévaluation. Après une première analyse, le dossier est remis à l’inspecteur qui contre-vérifie les informations. « Le nouveau cadre ne comprend plus de visite en face à face, nous avons changé de paradigme. C’est le membre lui-même qui doit autoévaluer sa pratique ». L’OTSTCFQ inspecte entre 600 et 700 personnes par an, soit environ 5 % des membres.

Des résultats encourageants

Ce fonctionnement est désormais appliqué à tous les nouveaux membres. « Nous avons accueilli plus de 3 000 nouveaux membres (25 % de nos effectifs) ces trois dernières années, depuis l’entrée en vigueur des dispositions du projet de loi 21, Loi modifiant le Code des professions et d’autres dispositions législatives dans le domaine de la santé mentale et des relations humaines ». Ces nouveaux membres témoignent d’un très haut niveau de satisfaction face au processus d’inspection selon un sondage interne : 73 % sont satisfaits, 89 % estiment que l’inspection professionnelle a répondu à leur besoin de développement professionnel. La vérification de leurs compétences a servi à les rassurer et à les guider ». Précisons que l’inspection professionnelle n’est pas considérée comme une activité de formation continue.

Un rapport des activités de l’inspection professionnelle est produit chaque année et déposé au Conseil d’administration. Selon M. Rheault, 98 % des membres inspectés ont réussi leur inspection. Pour les autres, qui ne répondaient que partiellement aux exigences, l’Ordre recommande des mesures de redressement et d’accompagnement professionnel, auxquelles les membres collaborent.

À l’OTSTCFQ, on réfléchit maintenant à l’efficacité et à l’efficience du programme. Comme le souligne M. Rheault, « nous aimerions être en mesure d’inspecter la totalité de nos membres tous les dix ans afin de bien protéger le public ».

 Ordre des travailleurs sociaux et thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec

  • Créé en 1960
  • Professions à titre réservé (T.S. et T.C.F.)
  • 12 101 membres au 31 mars 2014 (Rapport annuel)
  • 255, boul. Crémazie Est, bureau 800, Montréal QC H2M 1L5
  • Tél. 514 731-3925  1 888 731-9420 
  •  info.general@otstcfq.org
  • www.otstcfq.org

 

 

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera jamais publié ou partagé. Les champs obligatoires sont identifiés par une *