Diététistes – Le maintien des compétences : une responsabilité individuelle

Joanie-Bouchard-dietetisteEntretien avec Mme Joanie Bouchard, Dt.P., directrice des affaires professionnelles à l’Ordre professionnel des diététistes du Québec

À l’Ordre professionnel des diététistes du Québec (OPDQ), le maintien des compétences de chacun des membres est essentiel à la réalisation de la mission de l’Ordre qui est d’assurer la protection du public.

Les exigences de formation continue des membres de l’OPDQ sont régies par une norme, dont le suivi de l’application est effectué en étroite collaboration avec la fonction d’inspection professionnelle. Cette norme établit les activités et les critères leur permettant d’accumuler un total de 60 unités de formation pour une période de référence de trois ans recommandée.

  • Cinquante unités doivent être dédiées à la pratique professionnelle proprement dite, aux connaissances scientifiques, au savoir-faire et à l’intervention clinique, selon un barème d’unités de formation continue (UFC) allouées par activité : club de lecture, conférences, webinaires, cours universitaires, etc.
  • Dix autres unités de formation doivent porter sur des activités spécifiques d’encadrement professionnel, pour s’assurer que les membres maintiennent également des compétences qui ne touchent pas directement l’exercice de la profession, mais qui sont essentielles, dont la déontologie, le système professionnel, la loi et les règlements.

La personne clé à l’Ordre en matière de formation continue est Mme Joanie Bouchard, diététiste depuis 2008. Elle travaille aux affaires professionnelles depuis août 2012, d’abord comme coordonnatrice, puis récemment comme directrice. Comme bénévole, elle a participé au Comité sur la rédaction de contenu du Manuel de nutrition clinique.

Transmettre de l’information exacte au public constitue un enjeu important pour les diététistes. En effet, l’alimentation et la nutrition sont des sujets extrêmement populaires dans les médias, sur internet, etc. Afin de renseigner le mieux possible le public, les diététistes doivent être au fait des nombreuses études publiées, parfois contradictoires, dans un domaine qui évolue très rapidement. Selon Mme Bouchard, « ce sont les diététistes qui doivent vulgariser l’information pour que le public la comprenne, en corriger les mythes et les erreurs. Et c’est par la formation continue que nos membres peuvent demeurer à jour par rapport à ces nouvelles connaissances et ainsi filtrer l’information à diffuser. Ceci est particulier à la nutrition. »

Comment les membres peuvent-ils se tenir à jour ? 

« À mon arrivée en poste, l’offre de formation a été élargie, pour reconnaître des activités pertinentes en regard de l’évolution des besoins de nos membres », souligne Mme Bouchard.

Dans un but de protection du public, l’Ordre leur propose plusieurs outils, parmi lesquels :

  • Le Manuel de nutrition clinique, disponible sur le site web dans la section réservée aux membres, est un outil de référence par pathologie; par exemple, on peut y trouver les interventions et les particularités pour un patient diabétique, ou d’autres pathologies moins fréquentes.
  • La revue Nutrition – science en évolution paraît quatre fois par an et apporte de nouvelles connaissances aux membres en traitant de sujets particuliers. Les membres peuvent y contribuer.
  • Des journées de formation continue standard sont organisées par l’Ordre ou en partenariat avec les universités et autres organismes crédibles, que l’Ordre reconnaît au moment de l’inspection professionnelle.

« L’OPDQ s’emploie à responsabiliser les membres pour qu’ils fassent leur propre choix de formation afin qu’elle soit pertinente par rapport à leur pratique. Les compétences qui y sont reliées sont vastes. Nous voulons que les membres personnalisent leur parcours de formation continue en fonction de leur besoin, afin d’offrir des interventions de qualité au public. Par exemple, une diététiste en pratique privée avec des patients en perte de poids ne suivra probablement pas la même formation que celle qui travaille aux soins intensifs, avec des patients intubés alimentés par intraveineuse ».

Un drapeau rouge se lève 

Actuellement, les membres doivent rendre compte de leurs activités de formation continue en remplissant un rapport qui est évalué par l’inspection professionnelle, rapport qui est également un indicateur en ce qui a trait à certaines lacunes ou faiblesses identifiées lors des visites auprès des membres.

« Nous consacrons nos efforts à bien communiquer la norme et à vérifier le respect des exigences, la formation continue n’étant pas obligatoire à l’heure actuelle. Il n’y a pas de sanction lorsque l’on décèle un problème au niveau de la formation d’un membre, mais un drapeau rouge se lève et l’inspection professionnelle pousse plus loin pour voir si sa compétence est maintenue ! ». L’Ordre examine la faisabilité d’instaurer un règlement de la formation continue, comme d’autres ordres au Québec, ce qui rendra les exigences obligatoires et les manquements passibles de sanctions.

L’Ordre, dont les membres peuvent utiliser trois titres réservés (diététistes, nutritionnistes et diététiciennes), effectue une vigie à l’effet de contrer des pratiques à risques ou qui peuvent porter préjudice au public. « Ainsi, ces dernières années, les régimes sans gluten sont devenus très populaires, par exemple, et bien plus qu’une simple mode. Avec le Collège des médecins, nous avons pris position pour informer le public. Mais on ne peut pas être partout ! Nous travaillons donc à renforcer le positionnement de la profession pour que les gens aillent consulter la bonne source d’information et le professionnel le mieux qualifié. »

En guise de conclusion, Mme Bouchard souligne que « bien que les ordres professionnels aient tous un mandat de protection du public, la nutrition a ceci de particulier qu’il s’agit d’un thème omniprésent, complexe et en évolution constante. Nos membres font l’effort de maintenir leurs compétences et même si la pratique professionnelle bouge, nous suivons le mouvement. C’est ce qui fait de nous une profession stimulante ! »

Ordre professionnel des diététistes du Québec

Un commentaire

  1. René Lefebvre
    Posté le 30 janvier 2015 | Lien

    Voilà qui clarifie ton champs d’activité Joanie. C’est vaste, exigeant aussi j’imagine. Une grande responsabilité dont tu t’acquittes avec brio. Tu mérites notre admiration.

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera jamais publié ou partagé. Les champs obligatoires sont identifiés par une *