Protéger le public, unique raison d’être d’un ordre professionnel

Raymond-Hache-technicien-dentaireEntretien avec M. Raymond Haché, T.D., président-directeur général de l’Ordre des techniciens et techniciennes dentaires du Québec. 

 

Comment un président-directeur général sert-il la protection du public ? On pourrait simplement énoncer l’article 80 du Code des professions, la loi qui encadre l’ensemble des professions réglementées au Québec. Cet article précise que le président exerce un droit de surveillance générale sur les affaires de l’Ordre. Cela signifie que le président assume un rôle important, notamment auprès de deux instances de l’Ordre :

 

 

  • Le Conseil d’administration dont il coordonne les travaux et préside les séances. Il est également responsable de l’administration des affaires du Conseil et de l’application des décisions prises par ce dernier ;
  • L’assemblée générale des membres dont il préside les délibérations.

Membre de l’Ordre dès sa création en 1975, administrateur depuis 1985, président élu depuis 1986, président-directeur général depuis 2010, M. Raymond Haché, technicien dentaire, consacre son énergie à son ordre professionnel trois jours par semaine.

Rôle du président-directeur général

« Je représente l’Ordre auprès des instances gouvernementales, de l’Office des professions et de la population. Je dois aussi rendre compte au Conseil d’administration, à l’Office des professions et aux membres réunis en assemblée générale. »

Comment ? Le rapport annuel est l’un des outils par lesquels le président rend compte de la réalisation du plan stratégique de l’Ordre et des résultats des actions menées en fonction de son mandat de protection du public. « Le gouvernement a reconnu la nécessité de réglementer certaines professions de sorte que, si les gens font appel à un de ces professionnels, ils puissent avoir pleinement confiance en sa compétence, de par sa formation initiale et la mise à jour de ses connaissances. Les ordres sont les mandataires du gouvernement et leur unique raison d’être, c’est de protéger le public. »

Comme président-directeur général, M. Haché gère une petite équipe. L’Ordre fait appel à des services et des locaux partagés, ce qui lui permet d’assurer une permanence de ses opérations malgré ses effectifs restreints.

Des membres assurent bénévolement le fonctionnement des comités liés à la protection du public. « Parmi ces comités, on retrouve le comité d’inspection professionnelle, le bureau du syndic et le comité de la formation continue qui travaillent sous l’autorité et la surveillance du Conseil d’administration. Ce dernier est composé de six membres élus et de deux administrateurs nommés par l’Office des professions du Québec. »

Veille technologique

Dans le cadre de son plan stratégique, l’Ordre assure une veille technologique afin de s’informer de façon systématique sur les techniques et technologies les plus récentes, les nouveaux équipements, matériaux et procédés qui peuvent avoir une influence sur la pratique de la profession de technicien dentaire.

En effet, selon M. Haché, en technique dentaire comme dans de nombreux domaines, l’évolution de la technologie est très rapide. « Nous devons nous assurer que nos membres puissent utiliser efficacement ces nouvelles technologies. Pour ce faire, nous devons leur proposer des formations adéquates et bien adaptées à l’évolution des outils de travail. »

Clarifier les rôles

Au bénéfice du public, il y a lieu de clarifier les rôles respectifs des professionnels de la santé buccodentaire, où l’on retrouve, notamment :

  • le technicien dentaire qui fabrique les prothèses dentaires à partir d’une ordonnance;
  • le dentiste qui reçoit le patient évalue et diagnostique toute déficience de la santé buccodentaire ;
  • le denturologiste qui reçoit le patient et fabrique la prothèse dentaire amovible
  • l’hygiéniste dentaire qui reçoit le patient et veille à la santé buccodentaire.

« Comme nous l’expliquons sur notre site Web, le technicien dentaire fait la conception, la confection, la réalisation ainsi que la réparation des prothèses dentaires. Il travaille à l’aide d’une ordonnance signée que lui fournissent les dentistes, denturologistes ou médecins. C’est donc dire qu’il ne travaille pas directement avec le patient, sauf rares exceptions. »

Avis aux patients

Selon M. Haché, il est rare que le public appelle à l’Ordre pour exprimer une insatisfaction, justement parce que les techniciens dentaires ne font pas affaire directement avec le public, « sauf si le dentiste dirige une personne au laboratoire pour une question de couleur des dents, par exemple ».

Cependant, on  peut avoir à se plaindre d’un technicien dentaire. Lorsque cela se produit, s’il y a lieu, le syndic ouvre une enquête et éventuellement dépose une plainte au Conseil de discipline.

Ordre des techniciens et techniciennes dentaires du Québec

  • Créé en 1975
  • 478 membres au 31 mars 2014 (Rapport annuel)
  • Profession à titre réservé (technicien(ne) dentaire (T.D., T.D.C.)
  • 500, rue Sherbrooke Ouest, bureau 900, Montréal (QC) H3A 3C6
  • Tél. 514 282-3837, poste 2042
  • info@ottdq.com
  • www.ottdq.com

 

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera jamais publié ou partagé. Les champs obligatoires sont identifiés par une *