Aidez-nous à vous protéger, communiquez avec les ordres professionnels !

Jocelyn-Vachon-inhalotherapeuteEntretien avec M. Jocelyn Vachon, inhalothérapeute, président de l’Ordre professionnel des inhalothérapeutes du Québec.

L’inhalothérapeute est un professionnel de la santé, spécialisé dans les soins du système cardiorespiratoire. On en compte plus de 4 000 au Québec. En vertu du Code des professions, loi qui encadre l’ensemble des professions réglementées au Québec, ils sont regroupés au sein de l’Ordre professionnel des inhalothérapeutes du Québec.

Jocelyn Vachon, inhalothérapeute, membre de l’Ordre depuis 1988, a été élu membre du Conseil d’administration en 2011. Il a accédé à la présidence en octobre 2013. Il consacre deux jours par semaine à cette fonction. « Comme administrateur, on connaît bien le rôle des ordres professionnels, leur mission et les différents mécanismes et fonctions indispensables pour assurer la protection du public. Quand, du jour au lendemain, vous êtes élu président, le mode d’emploi ne vient pas avec la fonction. Alors on doit s’assurer de non seulement connaître mais de maîtriser les dispositions du Code des professions. Il est de notre responsabilité de bien diriger les membres du C.A. afin de définir les meilleures orientations stratégiques et de prendre les bonnes décisions toujours dans l’intérêt du public.. »

N’étant présent qu’à raison de deux jours semaines dans les bureaux de l’Ordre, une directrice générale veille à la gestion de l’organisation. Conjointement, la présidence et la direction générale surveille l’état d’avancement des dossiers, notamment en ce qui concerne l’inspection professionnelle, le bureau du syndic  et tout ce qui concerne le système professionnel.

Un président « engagé »

Le président de l’Ordre, outre le rôle de surveillance des affaires générales de l’Ordre que lui confie le Code des professions, assume une fonction qui exige parfois qu’il prenne intimement part au développement de certains dossiers.

M. Vachon cite en exemple l’admission à l’Ordre de personnes formées à l’extérieur du Canada, dont l’équivalence de formation est reconnue mais qui ont des difficultés à trouver un emploi. Un dossier qu’il suit de près. « Je documente la situation afin de soumettre mon analyse au comité de la formation. Y aurait-il des lacunes au niveau de la formation d’appoint ? Les compétences de ces personnes seraient-elles mises en doute ?  Après avoir exposé le dossier au comité de formation, ce dernier émettra des recommandations au Conseil d’administration, lesquelles je l’espère, pourront améliorer la situation. »

L’évolution d’une profession

Selon le président, les besoins du marché de l’emploi ont beaucoup évolués  car la pratique professionnelle s’est complexifiée. Selon lui, le principal enjeu touche la formation initiale laquelle doit être adaptée aux  besoins du marché. « Nous travaillons depuis quelques années au rehaussement du niveau de la formation initiale de nos futurs membres. Les administrateurs du Conseil d’administration considèrent que la formation doit suivre l’évolution de la profession. Nous faisons donc des représentations pour nous assurer de former adéquatement les inhalothérapeutes en lien avec les  développements technologiques et cliniques. »

La question est d’autant plus importante pour une profession dont l’expertise est de plus en plus recherchée. En effet, pour M. Vachon, l’inhalothérapie est devenue beaucoup plus qu’une technique, la profession est orientée beaucoup plus selon  une approche très clinique auprès des patients. « Notre expertise est reconnue au plan de l’assistance ventilatoire et de l’assistance anesthésique. Le rôle de l’inhalothérapeute est également d’évaluer la condition clinique du patient atteint de problèmes cardiorespiratoires et de lui fournir le meilleur soutien possible. »

L’inhalothérapeute, membre d’une équipe

Dans le domaine médical, on entend surtout parler des médecins et des infirmières, alors que de nombreux autres professionnels les entourent pour assurer le bien-être des patients. C’est notamment le cas de l’inhalothérapeute dans le domaine cardiorespiratoire.

« Au bloc opératoire, les patients nous confondent avec d’autres professionnels alors que nous  sommes la seconde paire de mains, d’yeux, d’oreilles de l’anesthésiologiste. Ce dernier nous délègue en quelque sorte sa vigilance; l’inhalothérapeute participe ainsi pleinement au travail d’équipe, en étroite interdisciplinarité. »

La profession, forte de ses quelque 4 000 membres, a développé de nouveaux secteurs d’activité. Les inhalothérapeutes travaillent en milieu clinique, dans les établissements hospitaliers et de plus en plus dans les cliniques privées, même dans les cliniques de denturologie, en recherche, dans les groupes de médecine familiale, etc. Ils sont aussi devenus une ressource essentielle dans le suivi des clientèles à domicile.

Communiquez avec l’Ordre

Pour M. Vachon, il est important que le public fasse appel aux  ordres professionnels afin qu’ils assurent pleinement leur mandat de protection du public. Si les situations où les actes posés par un professionnel sont mis en doute, tant au plan déontologique qu’au plan de la compétence, ne sont pas dénoncés, les ordres ne peuvent agir.

L’Ordre professionnel des inhalothérapeutes tient à être mis au courant des problèmes que peuvent rencontrer les patients. « S’ils hésitent parfois à faire une demande d’intervention, c’est qu’il plane encore une idée fausse : non, les ordres ne sont pas là pour protéger leurs membres. Nous encourageons les gens à  communiquer avec nous pour que nous puissions remplir pleinement notre rôle ! »

Toutes les demandes adressées à l’Ordre passent par un guichet unique, le bureau du syndic. C’est lui qui déterminera, selon les informations recueillies lors de son enquête, quelles suites donner au dossier. Il pourra éventuellement déposer une plainte au conseil de discipline s’il constate un manquement à la déontologie, ou il transmettra le dossier à l’inspection professionnelle s’il s’agit d’une question de compétence. « N’hésitez pas à communiquer avec nous », conclut le président.

Ordre professionnel des inhalothérapeutes du Québec

Un commentaire

  1. nadia kadi
    Posté le 4 mai 2015 | Lien

    Bonjour. Je tiens tout d abord à féliciter M. Vachon, mon ancien professeur, je suis tellement fière de lui ! Aussi je tiens à dire qu’il est ma source d’ambition et de courage. Je suis fière d être membre de cette honorable fonction que préside un professeur aussi compétent et efficace. Merci d’être là pour nous apprendre chaque jour quelque chose de nouveau. Cordialement votre fidèle élève, Nadia.

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera jamais publié ou partagé. Les champs obligatoires sont identifiés par une *