Sylvie Janelle, ergothérapeute, reçoit le Mérite du CIQ

Colloque2015 131Dans les ordres professionnels, certaines personnes se démarquent par un engagement hors du commun à l’égard de leur profession. Chez la plupart d’entre elles, il est facile de retrouver une constante; ces personnes sont animées par une forte passion envers leur profession. C’est le cas de Mme Sylvie Janelle, ergothérapeute, qui vient de recevoir le Mérite du CIQ. Diplômée de l’Université McGill en ergothérapie, elle a complété sa formation par une maîtrise en science, pédiatrie et services en milieu scolaire à la State University of New York à Buffalo, aux États-Unis.

Une expérience internationale

Son parcours professionnel et le goût de voyager l’ont conduit dans plusieurs provinces et pays. À Bathurst au Nouveau-Brunswick, elle développe un service d’ergothérapie pour une clientèle pédiatrique, dans un petit hôpital régional. Aux États-Unis, à Buffalo (NY), elle devient l’assistante de recherche de son professeur/mentor durant ses études de maîtrise. De retour dans les Maritimes, à Halifax, elle enseigne à la Dalhousie University, avant de répondre à l’appel de la pratique clinique de l’ergothérapie. En 1996-1997, elle part en Afrique et met son expertise d’ergothérapeute au service d’un centre de réadaptation dans le cadre du programme Entraide universitaire mondiale du Canada, toujours en pédiatrie.

L’appel de la pratique clinique

« De retour à Montréal en 1999, j’ai occupé différents emplois dans des institutions de santé ou d’éducation. Je suis notamment devenue coordonnatrice de la formation continue à l’Ordre des ergothérapeutes du Québec pendant deux ans, puis coordonnatrice au postdoctorat à l’Université de Sherbrooke. Toutefois, le côté clinique me manquait. J’ai donc développé ma pratique autonome d’ergothérapeute. Depuis six ans maintenant, je travaille avec une clientèle pédiatrique de 0 à 18 ans, à domicile et dans les écoles. »

Parallèlement, le besoin de développer la profession d’ergothérapeute et de mettre à profit l’expertise acquise se fait sentir. « Ma pratique comme travailleuse autonome me donnait la liberté de m’impliquer dans d’intéressants projets de développement. Ainsi, j’ai accepté de m’engager dans les activités de l’Ordre comme évaluatrice pour le comité responsable de l’admission. » Mme Janelle a aussi contribué activement au développement d’un outil pour l’admission, au plan de l’évaluation professionnelle de la compétence, que ce soit pour des professionnels qui reviennent dans la pratique après une interruption ou encore qui arrivent de l’extérieur du pays.

Utiliser au mieux ses compétences

« La vision globale que j’ai acquise dans des milieux de travail très divers me permet de contribuer utilement au développement de ma profession, que ce soit en recherche, dans l’enseignement, l’organisation des services, la pratique ou à travers divers projets. Cette vision me permet également d’utiliser au mieux mes compétences. En plus, c’est stimulant et valorisant ! »

En somme, un grand sens des valeurs habite la récipiendaire, autant humaines que celles favorisées par le système professionnel. Il est d’ailleurs essentiel pour Mme Janelle d’appliquer ces valeurs dans sa pratique, que ce soit dans le travail d’équipe avec des collègues, qui permet de cheminer ensemble, ou encore dans l’exercice de l’ergothérapie. « Être ergothérapeute, c’est travailler avec des personnes vulnérables vivant dans une situation de vie particulière ou nées avec un handicap. C’est leur donner ou leur redonner une qualité de vie et plus d’autonomie. »

Un effet de surprise

Que représente le fait de recevoir une telle distinction ? Le Mérite du CIQ a-t-il changé quelque chose dans la vie de Mme Sylvie Janelle, erg. ? « Je ne m’y attendais vraiment pas ! Lorsque vous recevez la lettre d’invitation, c’est une immense joie, une validation et une reconnaissance professionnelle. Comme je vais d’un projet à l’autre, je ne m’étais jamais arrêtée pour regarder ma carrière de plus de 31 ans ! Ce prix vise l’ensemble de ma pratique et m’est décerné autant par l’Ordre que par le CIQ et j’éprouve une grande fierté de voir que mon travail est apprécié et validé par ma profession en laquelle je crois entièrement. »

Le Mérite du CIQ

Créé en 1990, le Mérite du CIQ est décerné sur recommandation d’un ordre professionnel afin de souligner la carrière d’un de ses membres qui s’est distingué par son apport au service de sa profession et de son ordre. Chacun des 46 ordres professionnels peut, s’il le désire et sous réserve de l’approbation de la candidature par le CIQ, attribuer un Mérite du CIQ par année.

L’œuvre qui symbolise le Mérite du CIQ est une médaille en bronze créée par Catherine Tremblay, orfèvre à Montréal.

Depuis 2002, « La Personnelle, assurances générales » est associée au CIQ à titre de commanditaire officiel de la production et de la remise des œuvres symbolisant le Mérite du CIQ.

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera jamais publié ou partagé. Les champs obligatoires sont identifiés par une *