Travailleuse sociale engagée, Mme Ghislaine Brosseau, reçoit un Mérite du CIQ

merite_tsLa récipiendaire du Mérite du Conseil interprofessionnel du Québec (CIQ) pour l’Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec est nulle autre que Mme Ghislaine Brosseau, qui a été secrétaire et directrice générale de l’ordre de 2003 à 2014.

« J’ai toujours eu un intérêt particulier pour la profession de travailleur social et je me suis donc engagée dans les activités de l’Ordre. Même avant de travailler à l’Ordre comme secrétaire et directrice générale, je siégeais sur des comités de travail, au conseil de discipline, etc. J’ai l’Ordre tatoué sur le cœur ! »

Mme Brosseau a commencé à exercer sa profession en Abitibi-Témiscamingue, au centre hospitalier de Rouyn-Noranda. À cette époque, elle travaillait aux urgences et auprès des personnes âgées. Quelques années plus tard, de retour à Montréal, elle a occupé un poste de gestionnaire à l’Hôpital Rivière-des-Prairies. « J’ai été appelée à gérer l’équipe de travailleurs sociaux de l’Hôpital Rivière-des-Prairies. Dans toute ma carrière, j’ai fait de la gestion au niveau professionnel et administratif. »

Un acteur social important

La profession de travailleur social a un réel impact sur la qualité de vie des individus dont il s’occupe. Il est fondamental pour Mme Brosseau que le travailleur social soit reconnu comme un acteur important dans la société québécoise. Selon elle, « le travailleur social constitue un lien entre une personne et son environnement. Ce professionnel intervient dans le but d’aider une personne à résoudre ou à prévenir des problèmes d’ordre personnel, familial ou social, et ce, dans le but que celle-ci puisse s’insérer dans la société et améliorer sa qualité de vie. »

Le Conseil québécois d’agrément a également bénéficié de son expertise, notamment à titre de présidente. Cet organisme évalue les établissements du réseau de la santé selon les exigences de qualité fixées par le système d’agrément.

Une évolution fulgurante

L’élément dont la récipiendaire tire le plus de fierté et de satisfaction constitue l’évolution du nombre d’adhésion à l’Ordre. D’ailleurs, Mme Brosseau tient à partager ce prix avec les employés de l’Ordre : « cette évolution fulgurante a été atteinte grâce au travail d’une équipe. Les employés de l’Ordre ont apporté leurs compétences. Un bon gestionnaire sait s’allier des expertises qui lui sont quelquefois supérieures. »

La lauréate du Mérite du CIQ se dit « très honorée, car ce prix vient jeter un grand rayon de soleil sur toute la question du travail social dans la société québécoise. Par le travail de l’Ordre, nous appuyons les travailleurs sociaux pour qu’ils rendent des services de qualité et qu’ainsi le public soit protégé. Même si je suis à la retraite maintenant, je resterai toujours soucieuse de la qualité des services rendus par les travailleurs sociaux et les thérapeutes conjugaux et familiaux. »

Le Mérite du CIQ

Créé en 1990, le Mérite du CIQ est décerné sur recommandation d’un ordre professionnel afin de souligner la carrière d’un de ses membres qui s’est distingué par son apport au service de sa profession et de son ordre. Chacun des 46 ordres professionnels peut, s’il le désire et sous réserve de l’approbation de la candidature par le CIQ, attribuer un Mérite du CIQ par année.

L’œuvre qui symbolise le Mérite du CIQ est une médaille en bronze créée par Catherine Tremblay, orfèvre à Montréal.

Depuis 2002, « La Personnelle, assurances générales » est associée au CIQ à titre de commanditaire officiel de la production et de la remise des œuvres symbolisant le Mérite du CIQ.

Un commentaire

  1. Jeannine Desroches
    Posté le 12 décembre 2016 | Lien

    Félécitations pour ce grand dévouement et la grande perspicacité à trouver les malaises afin de protéger les personnes qui en ont grand besoin et agir

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera jamais publié ou partagé. Les champs obligatoires sont identifiés par une *