La protection du public: l’engagement du président de l’OTTIAQ

real_paquette_ottiaqEntretien avec M. Réal Paquette, traducteur agréé, président de l’Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec (OTTIAQ).

Au Québec, quelque 2 000 professionnels de la traduction, de la terminologie et de l’interprétation choisissent d’être membres de l’OTTIAQ. Ce faisant, ils s’engagent à respecter un code de déontologie et des règlements, notamment en ce qui concerne la tenue de dossiers et la confidentialité des renseignements reçus dans l’exécution de leurs mandats. En vertu du Code des professions, c’est-à-dire la loi qui encadre l’ensemble des professions réglementées au Québec, ces professionnels sont les seuls autorisés à porter les titres de traducteur agréé (trad. a.), terminologue agréé (term. a.) et interprète agréé (int. a.).

À l’instar de tous les ordres professionnels, la mission première de l’OTTIAQ est d’assurer la protection des entreprises et des particuliers qui confient des travaux à ses membres.

Une mission importante pour M. Réal Paquette, traducteur agréé, qui en est à son quatrième mandat à la présidence de l’Ordre. « Être président de mon ordre professionnel, c’est une fonction à temps partiel, mais une préoccupation de tous les instants! », lance-t-il. Agréé dès 1988, du temps de la Société des traducteurs du Québec (STQ), il s’est engagé dans sa profession bien avant la création, en 1992, de l’Ordre actuel. Il a notamment collaboré à divers comités et à l’organisation d’un congrès pancanadien. Depuis 2010, il siège au Conseil d’administration où il a assumé tour à tour la vice-présidence aux affaires professionnelles et la vice-présidence aux communications avant d’accéder à la présidence.

Des professions qui gagnent à être connues et reconnues

L’OTTIAQ est un ordre à titres réservés et non à exercice exclusif comme le sont le Barreau ou l’Ordre des pharmaciens, par exemple. Cela signifie qu’il n’y a pas obligation d’être membre de l’OTTIAQ pour proposer des services de traduction, de terminologie ou d’interprétation. Cependant, seuls les membres de l’Ordre offrent les recours prévus au Code des professions en matière de protection du public.

Le président de l’Ordre explique : « Nous devons convaincre le public utilisateur qu’il a le choix entre faire appel à un traducteur agréé, à un terminologue agréé ou à un interprète agréé afin d’être protégé et faire affaire avec un langagier non agréé par l’Ordre et être ainsi à la merci de certains préjudices. Il y a sans doute de bons traducteurs non agréés, mais avec eux le client n’a souvent que peu de recours. Tandis qu’à l’Ordre, tous les mécanismes de protection prévus au Code des professions sont en place. » Cela signifie, entre autres choses, que les membres de l’Ordre sont soumis à l’inspection professionnelle et que le public peut s’adresser au syndic en cas de remise en question de la compétence ou du comportement déontologique du professionnel consulté.

Rôle du président et du Conseil d’administration

L’article 80 du Code des professions établit que le rôle du président consiste à exercer un droit de surveillance générale sur les affaires de l’ordre professionnel. À cette fin, il coordonne les travaux du Conseil d’administration et de l’assemblée des membres, en préside les séances et s’assure de l’application des décisions qui y sont prises. « Il s’agit d’un droit extrêmement vaste. Cela signifie que le président, même s’il agit à temps partiel, a dans les faits beaucoup de devoirs. Il doit être au fait de ce qui se passe et intervenir, au besoin, pour s’assurer que toutes les instances de l’Ordre travaillent dans le même sens afin de protéger le public. »

Le Conseil d’administration est évidemment partie prenante du mandat de protection du public. Son rôle est de veiller à l’administration générale des affaires de l’ordre et à l’application des dispositions du Code des professions. Comme l’indique M. Paquette, « c’est par l’adoption d’un plan stratégique triennal, élaboré par un comité composé de représentants de différents secteurs, du milieu universitaire et de nos trois professions ainsi que d’administrateurs et de responsables de la permanence, que le Conseil d’administration émet ses grandes orientations. » Les administrateurs jouent donc un rôle essentiel dans la définition des actions réalisées par l’OTTIAQ afin de mener à bien sa mission.

Conseil au public

M. Paquette invite le lecteur à visiter le site Web de l’Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec. On y trouve notamment les documents À quoi sert la traduction? Guide pour les clients et À quoi sert la traduction? Guide pour le grand public qui répondent à bon nombre de questions, allant du respect de la confidentialité à la tarification des services, en passant par la formation continue des membres de l’Ordre.

Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera jamais publié ou partagé. Les champs obligatoires sont identifiés par une *