Un prix Mérite du CIQ remis à la Dre Suzanne Richer

photo-dre-richer-ciq-01Il y a quelques semaines, le Conseil interprofessionnel du Québec (CIQ) a décerné le prix Mérite à la Dre Suzanne Richer, membre du Collège des médecins du Québec depuis 1976. Professionnelle intègre et dévouée, elle a occupé le poste de syndique adjointe au sein du Collège pendant vingt-huit ans. Dre Richer détient également un baccalauréat en droit de l’Université de Montréal. L’étendue de ses connaissances des lois et règlements qui encadrent l’exercice de la médecine au Québec lui ont permis de contribuer de manière exceptionnelle aux travaux du Collège des médecins en matière de discipline professionnelle.

Le professionnalisme avant tout

En 1987, elle entre en fonction au Collège des médecins du Québec de manière tout à fait remarquable : elle est la première femme cadre à être embauchée dans l’histoire du Collège! Elle admet d’emblée que le Collège des médecins était pour elle un phare dans l’exercice de sa profession, d’où sa volonté de s’y impliquer. Car, pour la Dre Richer, la mission première du Collège a toujours été claire : protéger le public. « J’ai été témoin de la préoccupation constante du Collège des médecins de bien assumer son mandat de protection du public et de le mettre de l’avant. »

La protection du public, estime-t-elle, repose énormément sur le professionnalisme. Cela se traduit par des compétences professionnelles optimales et par la confiance mutuelle sur laquelle se base la relation entre un médecin et son patient. « Le médecin se doit d’être très compétent dans son domaine d’exercice. Cela exige aussi des habiletés de communication, de l’humanisme et beaucoup de respect ». Ces valeurs fondamentales, la Dre Richer en a toujours fait la promotion, autant dans sa pratique que dans ses fonctions au Collège.

Une avancée remarquable

Les réalisations de la Dre Richer au sein du Collège des médecins du Québec sont trop nombreuses pour être toutes énumérées. Néanmoins, il faut absolument souligner sa participation au Comité sur l’inconduite de nature sexuelle. Les travaux de la Dre Richer et du Collège sur la question ont mené à un rapport contenant 45 recommandations. « Il y a eu énormément de travail et d’évolution. Les règles de droit se sont précisées et toutes les recommandations du comité ont été respectées et mises en application. » De plus, la Dre Richer a publié une politique de tolérance zéro en matière d’inconduite sexuelle professionnelle pour laquelle elle a remporté le prix Herbert-Marx, remis par la Faculté de droit de l’Université de Montréal, qui récompense l’excellence en rédaction juridique.

L’art de la médecine

En quarante ans de carrière, la Dre Richer a toujours fait preuve de la même passion et d’une rigueur irréprochable. C’est pourquoi elle a beaucoup de respect et d’admiration pour la relève en médecine. Car, selon la Dre Richer, la médecine n’est pas une science exacte. La médecine, c’est plutôt un art qui allie les connaissances scientifiques à l’humanisme, à l’intuition, à l’expertise, à la compréhension et à l’expérience. « On est à même d’aider réellement les gens qui nous consultent et de leur donner le meilleur traitement possible. À mes yeux, ça demeure la plus belle profession de toutes ! »

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera jamais publié ou partagé. Les champs obligatoires sont identifiés par une *