Le prix Mérite du CIQ remis à Carmen Vézina, pharmacienne

carmen vézina, phramacienneMembre de l’Ordre des pharmaciens du Québec  depuis plus de quarante ans, Madame Carmen Vézina s’est vu remettre le prix Mérite du Conseil interprofessionnel du Québec pour souligner son implication au sein de la profession ainsi que pour l’ensemble de sa carrière. Professionnelle accomplie et engagée, Mme Vézina a su laisser sa marque autant à l’Ordre qu’au sein du milieu universitaire. En effet, elle a été membre du comité d’inspection professionnelle de l’Ordre de 1999 à 2013. À l’Université Laval, elle a notamment été professeure titulaire ainsi que directrice du programme de maîtrise en pharmacie d’hôpital pendant plusieurs années. Madame Vézina a également siégé au Conseil canadien de l’agrément des programmes de pharmacie comme membre, vice-présidente et présidente.

Quand s’impliquer permet de redonner

D’emblée, Mme Vézina avoue avoir commencé à s’impliquer un peu par concours de circonstances. Cela ne signifie pas pour autant qu’elle ne souhaitait pas s’investir pour le développement de sa profession, au contraire. « Quand les mandats m’ont été proposés, je ne voyais pas autrement que de les accepter. J’avais le désir d’être bien au fait des enjeux de ma profession.» D’année en année, elle a ainsi vu ses mandats renouvelés pour son plus grand plaisir. « Donner à la profession m’a permis d’en retirer beaucoup en plus d’enrichir l’enseignement transmis aux étudiants. »

Mettre son expertise au service de l’Ordre

Ayant œuvré au sein du comité d’inspection professionnelle durant quatorze ans, l’apport de Mme Vézina est indéniable. Elle a, notamment, contribué largement au nouveau programme de surveillance, processus clé de l’inspection professionnelle au sein de l’Ordre. Grâce au travail des membres du comité, tous les pharmaciens sont inspectés aux cinq ans, ce qui assure la protection du public. « S’assurer que les professionnels donnent les soins et les services adéquats aux patients, pour qu’il n’y ait pas de préjudices, c’est ça protéger le public », déclare-t-elle.

De plus, Mme Vézina a également mis au service du comité son expertise en préparation de produits stériles, expertise qui a été particulièrement appréciée de ses collègues. Justement, questionnée quant à son rôle spécifique au CIP, Mme Vézina demeure très humble. « Nous avons tous un rôle similaire, mais venant d’horizons de pratique différents, nous apportons une perspective et une vision différentes. » Selon elle, cet aspect constitue une richesse pour le comité et permet de prendre les meilleures décisions dans les divers dossiers à traiter.

Une relève qui promet

Sans aucune hésitation, Mme Vézina affirme que le Québec n’a rien à envier aux programmes universitaires en pharmacie ailleurs dans le monde. « Les étudiants sont très bien formés ici. Dès la première année, les étudiants sont impliqués dans les laboratoires de pratique, puisque le programme est axé sur les compétences. » L’Université de Montréal et l’Université Laval sont les deux établissements au Québec à offrir le programme universitaire, un doctorat de premier cycle, menant à la profession de pharmacien. « On a de très bons programmes dans les deux facultés et une excellente relève. »

Visiblement passionnée et dévouée envers sa profession, Mme Vézina l’était tout autant auprès de ses étudiants. Ces derniers lui ont d’ailleurs témoigné leur reconnaissance en lui décernant à trois reprises le Prix Alfred-Émile Francoeur, lequel souligne l’excellence de son enseignement !

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera jamais publié ou partagé. Les champs obligatoires sont identifiés par une *