Le CIQ décerne un prix Mérite à Jean-Jacques Simard, agronome passionné

simard_merite_vfMembre de l’Ordre des agronomes du Québec depuis 1976, Monsieur Jean-Jacques Simard s’est vu remettre le prix Mérite du Conseil interprofessionnel du Québec. Un honneur qui tombe à point pour celui qui célèbre cette année ces quarante ans de carrière! Toutes ces années d’expérience ont forgé un agronome professionnel, rigoureux et d’expertise. D’ailleurs, son expertise, il l’a met au service de l’Ordre depuis maintenant vingt-cinq ans en participant aux travaux de plusieurs comités. D’abord président de la section de l’Outaouais de 1988 à 1992, il prend une pause et retrouve ce poste de 2010 à 2016. En plus, Monsieur Simard a été trésorier de l’Ordre de 1990 à 1993 et membre du comité d’inspection professionnelle durant quatorze ans. En 2009, l’Ordre a souligné son engagement bénévole, sa persévérance et son esprit d’équipe en lui remettant le Prix Henri-C. Bois. Monsieur Simard demeure aujourd’hui un examinateur à l’Ordre.

 S’impliquer, un privilège et un plaisir

Vous l’aurez deviné, de profondes motivations, se cachent derrière toutes ces années d’implication. Monsieur Simard s’estime privilégier d’être un professionnel et de faire parti d’un système auquel il croit ardemment. « J’ai toujours cru au système professionnel, alors pourquoi ne pas redonner à la communauté en s’impliquant dans l’organisation? » Pourquoi pas, en effet! D’autant plus que s’investir de la sorte témoigne bien de l’attachement qu’a Monsieur Simard pour la profession et l’Ordre. « Participer à différents comités est un privilège et c’est un plaisir de m’impliquer. L’Ordre, pour moi, c’est comme une deuxième famille! »

Développer la profession pour mieux protéger le public

Avec autant d’années d’engagement derrière la cravate, Monsieur Simard a participé à bon nombre de projets qui ont été significatifs pour l’Ordre et le développement de la profession. Sa plus récente réalisation est d’avoir présidé le comité ad hoc sur le financement public de la recherche en agroenvironnement en 2015. Le but était de faire état de la situation de la recherche en agroenvironnement, qui est fondamentale, tant sur le plan public que privée. « J’étais très fier de présider ce comité où certains chercheurs et agronomes émérites ont participé pour nous aider à faire le point ». Le travail rigoureux de Monsieur Simard a aussi permis à l’Ordre de formuler des recommandations.

Bien entendu, comme le dit lui-même Monsieur Simard, pour M., Mme Tout-Le-Monde, ce genre d’action « ne paraît pas au quotidien ». Et pourtant, ça s’inscrit bien dans la mission de protection du public des ordres professionnels. « La raison d’être des ordres est la protection du public au sens large. C’est fondamental », affirme Monsieur Simard. D’ailleurs, l’Ordre fait de plus en plus d’interventions pour sensibiliser le grand public à l’importance du rôle de l’agronome dans la société québécoise. Au fil des ans, le public desservi par les agronomes s’est agrandi et développé. « Il y a une plus grande préoccupation du consommateur pour les produits locaux et régionaux. Ça permet de sensibiliser davantage la population à notre rôle. » Et ça, c’est une excellente nouvelle pour les passionnés d’agronomie qui suivront les traces de Monsieur Simard!

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera jamais publié ou partagé. Les champs obligatoires sont identifiés par une *