Le Dr Jean-Philip Hudon-Dionne, chiropraticien, reçoit un prix Mérite

dr-hudon-dionne-chiropraticienIl y a quelques semaines, le Conseil interprofessionnel du Québec décernait un prix Mérite au Dr Jean-Philip Hudon-Dionne, chiropraticien. Membre de l’Ordre des chiropraticiens du Québec depuis 2009, il ne tarde pas à s’impliquer au sein de l’Ordre. Dès 2010, Dr Hudon-Dionne est élu administrateur de l’Ordre pour la région de l’Est-du-Québec. L’année suivante, le Conseil d’administration lui confie la présidence du comité sur les activités de surveillance de l’exercice illégal, qu’il occupe toujours. Depuis 2015, le professionnel relève un défi additionnel: celui de la présidence du Comité de gouvernance.

Mettre la main à la pâte

Le Dr Hudon-Dionne n’a pas toujours rêvé d’être chiropraticien… Cela s’est plutôt produit de manière tout à fait naturelle! Sa mère pratique cette même profession; le Dr Hudon-Dionne se dit donc chiropraticien de deuxième génération. La chiropratique lui a aussi apporté un titre professionnel, ce qui, pour lui, est non négligeable « À la base, être professionnel, c’est un gage de qualité et de sécurité pour le public. » Il existe des normes d’exercice dans toutes les professions, c’est ce qui lui donne confiance lorsqu’il réfère des clients, par exemple. « C’est cette assurance-là qu’on peut avoir, autant en tant que membre du public, qu’en tant que professionnel. »

Ainsi, le Dr Hudon-Dionne admire sa profession. Et il est également persuadé qu’investir son temps et son énergie est indispensable pour le développement celle-ci. « Je crois définitivement que si l’on veut continuer d’améliorer la profession et consolider le mandat de l’Ordre sur la protection du public, on ne peut pas rester assis à ne rien faire. »

Une évolution marquée

Cette évolution s’est justement manifestée de plusieurs façons à travers les années. Le Dr Hudon-Dionne s’est senti particulièrement interpellé lorsqu’il a joint le comité sur l’exercice illégal. Il l’associe d’ailleurs beaucoup à la mission de protection du public de l’Ordre. « La protection du public passe autant par le contrôle des normes, l’amélioration de la formation continue que le contrôle de l’exercice illégal. »

En 2011, le professionnel a pris les rênes du comité sur l’exercice illégal, soucieux de le rendre encore plus efficace. On peut dire que Dr Hudon-Dionne a gagné son pari, puisque toutes les plaintes portées par l’Ordre ont eu gain de cause. Autre réalisation de taille pour ce même comité : une poursuite menée conjointement avec d’autres ordres professionnels dans un dossier plutôt délicat a aussi permis d’obtenir un jugement en leur faveur. « Nous sommes extrêmement fiers de cela, d’avoir fait un travail conjoint avec d’autres ordres et d’avoir développé cette voie de communication qui n’existait pas avant. »

La relève et l‘avenir

De par son expérience des dernières années, le Dr Hudon-Dionne souhaite ardemment que la collaboration interprofessionnelle continue de se développer. « C’est réellement ce que je souhaite pour la relève. » De son côté, il a l’intention de continuer à s’investir pour l’avancement de la profession. « Je ne vois pas ma pratique personnelle sans une part d’implication en parallèle. Ça aide à garder mon équilibre au niveau professionnel : être avec les gens et en contact avec la profession! »

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera jamais publié ou partagé. Les champs obligatoires sont identifiés par une *