Entre le chiropraticien et son patient: une relation de confiance

Le chiropraticien intervient pour soulager et prévenir les douleurs et maintenir le bon fonctionnement de la colonne vertébrale et d’autres articulations. Il travaille sur l’équilibre du système neuro-musculo-squelettique, c’est-à-dire sur les nerfs, les muscles et les os! Sa boîte à outils pour soigner comprend, entre autres, des techniques de manipulations vertébrales comme les ajustements, des thérapies musculaires ou encore les recommandations d’exercices posturaux ou correctifs.

Vous aurez tout à gagner en allant le consulter en cas de maux de dos, de cou, de tête, en cas de blessures sportives, de douleurs chroniques, etc. Le chiropraticien est habilité à établir un diagnostic dans le cadre de son champ de pratique et de ses compétences. Ce professionnel exerce en cabinet privé et les chances sont grandes d’en trouver un près de chez vous. Nul besoin de prescription médicale, l’accès est direct.

La plupart des chiropraticiens sont des généralistes et reçoivent les patients de tous âges et de divers états de santé. Certains ont aussi développé leur pratique dans des branches plus précises comme la chiropratique pédiatrique, sportive, de réadaptation, etc. Sachez que si l’approche proposée ne vous convenait pas, votre chiropraticien pourra vous orienter vers un collègue offrant d’autres types de soins.

Avant de prendre rendez-vous, il vaut mieux s’assurer qu’il s’agit bel et bien d’un membre de l’Ordre des chiropraticiens du Québec, afin de vous éviter des désagréments. En effet, n’est pas chiropraticien qui veut! D’abord, la formation initiale consiste en cinq années d’études universitaires. Ensuite, c’est une profession réglementée par le Code des professions au nom de la protection du public. L’Ordre vise l’excellence des services et soins prodigués, mandat dont il s’acquitte en surveillant la qualité de la pratique au moyen de l’inspection professionnelle, notamment.

La relation du chiropraticien et de son patient repose sur la confiance, en raison des obligations déontologiques, règlementaires et légales qui sont imposées aux membres de l’Ordre. Aussi l’Ordre tient-il à détecter les usurpateurs, soit quiconque pratiquerait sans permis ou laisserait croire qu’il est chiropraticien sans en avoir les compétences requises et sans être membre de l’Ordre. La vigilance à l’égard de l’exercice illégal fait partie des activités de protection du public.

Ne vous laissez pas impressionner! S’il arrivait que le jargon vous fasse peur, demandez à votre chiro de vous expliquer les termes techniques, le traitement proposé, etc. Et pour vérifier si un chiropraticien est bel et bien membre de l’Ordre, n’hésitez pas à communiquer avec l’Ordre des chiropraticiens du Québec.

Un commentaire

  1. Luc Bouchard
    Posté le 22 février 2017 | Lien

    Allo … allo … Je la trouve ban bonne cette publicité … Bonne journée …

One Trackback

  1. […] Vous avez tout à gagner à voir un chiropraticien en cas de maux de dos, de cou, de tête, de blessures sportives ou même de douleurs chroniques.  Dans l’article qui suit, il est question de la relation du chiropraticien avec son patient. Elle repose sur la confiance, en raison des obligations déontologiques, règlementaires et légales qui sont imposées aux membres de l’Ordre.  Consultez l’article qui suit pour plus d’information! […]

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera jamais publié ou partagé. Les champs obligatoires sont identifiés par une *