Catherine Vallée, ergothérapeute, lauréate d’un prix Mérite

catherine-vallee-ergotherapeuteLe Conseil interprofessionnel du Québec a remis un prix Mérite à Madame Catherine Vallée, ergothérapeute. Membre de l’Ordre des ergothérapeutes du Québec depuis près de trente ans, Madame Vallée se voit récompensée pour ses multiples réalisations et son implication soutenue et variée, autant dans les activités de l’Ordre que dans le développement de la profession. Impliquée depuis de nombreuses années au sein du comité de la formation des ergothérapeutes de l’Ordre, elle y est formatrice depuis 2009. En 2013, elle participe activement aux travaux visant la mise en application pour les ergothérapeutes du projet de loi no 21 concernant le domaine de la santé mentale et des relations humaines. Carrière plus que prolifique, la professionnelle est également directrice et professeure agrégée du programme d’ergothérapie de l’Université Laval.

Veiller à l’intérêt du public

D’emblée, Madame Vallée affirme que faire partie du système professionnel, c’est se rendre imputable au public. « Œuvrer au sein de mon ordre, c’est aussi veiller à l’intérêt public, mais à travers la lorgnette de mes compétences professionnelles. » Au cours de sa carrière, elle a souvent travaillé avec les gens plus démunis et a été à même de réaliser les responsabilités sociales qui accompagnent sa profession. À ses yeux, il en est  de même pour toutes les professions et cette conviction sous-tend son implication. Selon Madame Vallée, l’intérêt du public passe, entre autres, à travers le soutien des compétences des cliniciens au sens large. « Je crois que soutenir et contribuer à la pratique de mes pairs, que ce soit par des prises de position, des documents d’orientation, des formations, c’est aussi améliorer globalement l’offre de services en ergothérapie et rendre service au public. »

Pour Madame Vallée, la notion de protection du public fait partie de ce qu’elle appelle  « veiller à l’intérêt du public au sens large. » Par exemple, elle croit qu’on peut protéger du public en mettant de l’avant un aspect intrinsèque de la profession d’ergothérapeute, soit de permettre aux personnes de réaliser les occupations qui sont importantes à leurs yeux et de les aider à rétablir une certaine qualité de vie, Ainsi, les mécanismes mis en place par l’Ordre, comme l’inspection professionnelle ou la formation continue, permettent aux ergothérapeutes de reconnecter avec les fondements de la profession et de porter leur mission.

Construire ensemble

Justement, l’essence même de sa profession est ce qui la passionne par-dessous tout et qui est source de motivation à son implication. « Les ergothérapeutes ont beaucoup à offrir. La perspective de construire ensemble, de cheminer ensemble, ça m’anime beaucoup. » Pour Mme Vallée, construire ensemble ne se limite pas qu’à sa propre profession. « Chaque professionnel amène une vision unique sur un problème donné et cette complémentarité est précieuse. »

Du fait qu’elle croit profondément en l’ergothérapie, Madame Vallée se sent immensément privilégiée de pouvoir l’enseigner. Accompagner ses étudiants au travers du parcours qui les mènera à leur profession la passionne, l’émeut. « Je les trouve courageux, curieux, ouverts, allumés, sensibles, humains. » Plus encore, enseigner la nourrit énormément, autant sur le plan professionnel que personnel. « On est appelé à se questionner et à remettre en question ce qu’on tient pour acquis. C’est une source d’apprentissage et de réflexion sur l’état de notre profession. »

 

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera jamais publié ou partagé. Les champs obligatoires sont identifiés par une *