Dre Brigitte Boucher, médecin vétérinaire, lauréate d’un prix Mérite

dre_boucher_medecin_veterinaireLe Conseil interprofessionnel du Québec a décerné un prix Mérite à la Dre Brigitte Boucher, médecin vétérinaire. Détentrice d’un doctorat en médecine vétérinaire de l’Université de Montréal, la Dre Boucher intègre l’Ordre des médecins vétérinaires du Québec en 1988. En 1989, elle obtient son grade d’IPSAV (Internat de Perfectionnement en Science Appliquée Vétérinaire), option médecine porcine. De par son domaine de pratique, la médecine porcine, elle œuvre avec les agriculteurs qui ont des fermes d’élevage. Très tôt dans sa vie professionnelle, elle s’engage au sein de plusieurs comités et associations. Elle a notamment été présidente de l’Association vétérinaire en industrie animale et membre du comité santé du Centre de Développement du Porc du Québec. Au sein de l’Ordre des médecins vétérinaires du Québec, la Dre Boucher préside le comité d’inspection professionnelle depuis 2013 et en est membre depuis 1998.

Se développer et se dépasser pour sa profession

D’aussi loin qu’elle se souvienne, la Dre Brigitte Boucher a toujours voulu faire progresser la médecine vétérinaire et développer ses compétences et ses connaissances, mais aussi celles des agriculteurs qui travaillent extrêmement fort. « Il faut être certain que nous sommes capables de répondre à leurs besoins, au meilleur de nos connaissances et avec le maximum d’efficacité. » Ainsi, lorsqu’elle nous parle d’engagement, la Dre Boucher ne fait pas seulement référence à ses activités au sein de l’Ordre, elle entend aussi le développement de ses compétences et le dépassement de soi à titre de professionnel.

Le mandat de protection du public qu’assument les ordres professionnels est intimement lié aux compétences et aux responsabilités du professionnel. Dans l’exercice de sa profession, la Dre Boucher assume la protection du public de diverses façons. « Un des grands volets de mon travail est la salubrité et l’innocuité de la viande destinée au public. » Mais elle est également imputable envers ses clients et leurs troupeaux, qui sont ses patients. « On a la survie de l’animal entre nos mains. Et on a aussi une responsabilité quant au droit de produire de l’agriculteur. »

Au quotidien, les responsabilités professionnelles des médecins vétérinaires œuvrant dans ce domaine de pratique ont un impact significatif et direct sur la vie des gens. Le bien-être animal, la santé du cheptel, la productivité de l’élevage, la biosécurité, la prévention des maladies et des épidémies, le respect des normes pour l’exportation, l’audit à la ferme, la nutrition, le plan de développement du cheptel sont autant de responsabilités que le médecin vétérinaire assume quotidiennement. Or, pour pouvoir remplir pleinement son rôle, le médecin vétérinaire doit maîtriser de nombreuses compétences et acquérir des connaissances tout au long de sa vie professionnelle, car la médecine évolue rapidement de même que l’environnement dans lequel les producteurs et les professionnels évoluent.  « C’est beaucoup de discussions. Le contact humain entre le client et nous est très important. Ensuite, il y a l’empathie ainsi que les connaissances technico-économiques. »

L’équité d’abord

C’est justement son intérêt pour la compétence professionnelle qui a amené la Dre Boucher à s’engager au sein du comité d’inspection professionnelle. Depuis qu’elle en est devenue la présidente, en 2013, les travaux du comité sont très axés sur le concept de compétence et sur l’équité ainsi que la mise en place d’outils pour l’atteindre. On comprend que si l’équité tient tant à cœur à la Dre Boucher, c’est que fondamentalement, il s’agit du droit de pratique du professionnel qui est en jeu lorsqu’il se fait inspecter. « Le professionnel doit faire tout ce qui est en œuvre pour conserver son droit de pratique et la mission de son ordre est de s’assurer de sa compétence et de sa conformité, et ce, en toute impartialité. »

Visionnaire, dynamique et rassembleuse, la Dre Boucher a fait évoluer les activités de ce comité important de l’Ordre, veillant ainsi à la protection du public quotidiennement, en plus de participer depuis 20 ans à l’avancement de la médecine vétérinaire au Québec. Chapeau!

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera jamais publié ou partagé. Les champs obligatoires sont identifiés par une *