Le Conseil décerne un prix Mérite à Madame Michèle Vincent Félix, inhalothérapeute

merite_inhalotherapeuteInhalothérapeute diplômée de la promotion 1981 au Cégep de Rosemont, Mme Vincent Félix a reçu le prix Mérite décerné par le Conseil interprofessionnel du Québec.

Elle commence sa carrière à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, puis à l’Institut thoracique de Montréal et à l’Hôpital Sainte-Anne, où elle y installe sa pratique professionnelle en 1989. En plus de son travail auprès des patients, elle occupe divers postes : chef de service intérimaire, vice-présidente du Conseil multidisciplinaire et formatrice en réanimation cardiorespiratoire. En 2000, elle obtient une maîtrise en santé communautaire de l’Université de Montréal. Ayant à cœur la qualité, le développement et la reconnaissance de la profession, de 2001 à 2003, Mme Vincent Félix a été responsable de programme du certificat en inhalothérapie et du module en échocardiographie à l’Université de Montréal. Par la suite, en 2005-2006, elle a été tour à tour conseillère au Programme de la lutte au tabagisme, puis coordonnatrice adjointe au programme communautaire à Santé Canada. De retour à l’Hôpital Sainte-Anne en 2008, elle travaille à la direction générale en gestion des risques et de la qualité pour préparer la visite du Conseil canadien d’agrément.

À l’Ordre des inhalothérapeutes du Québec, Mme Vincent Félix siège au conseil d’administration durant quatorze ans, dont cinq années au comité exécutif en tant que vice-présidente. Tout au long de son mandat, elle a démontré un professionnalisme et un leadership hors du commun.

Donner le souffle

Lorsque Mme Vincent Félix parle de sa profession, on entend toute la passion et l’amour qu’elle lui porte! « Quand on pense qu’on peut contribuer à sauver la vie de quelqu’un en posant un geste, c’est extrêmement valorisant. L’inhalothérapeute est là du premier au dernier souffle. »

Mme Vincent Félix ne s’est jamais demandé si elle allait un jour être active dans son milieu professionnel. « C’est dans ma personnalité d’être très engagée! Cela allait de soi, que comme professionnelle, je devais m’impliquer. »

Au cours de son mandat au conseil d’administration, Mme Vincent Félix a notamment eu l’occasion de participer aux travaux sur la réforme de la formation initiale des inhalothérapeutes. Être membre du conseil d’administration a été très enrichissant dans son parcours professionnel; elle se considère privilégiée d’avoir vécu cette expérience. « En étant membre du CA, on est au cœur de la décision. C’est un espace de développement professionnel et d’épanouissement, car on est à l’affût des enjeux importants de la profession. »

Être à la hauteur

Si faire partie du conseil d’administration est un privilège, le titre professionnel que lui confère l’appartenance à un ordre  est une immense fierté tout comme une grande responsabilité. « On doit être à la hauteur et refléter l’imagine d’un professionnel dans tout ce qu’on fait. » Être à la hauteur, c’est être en mesure de répondre aux besoins des patients en s’assurant de leur prodiguer les meilleurs soins possible. « Comme inhalothérapeute, ma responsabilité est de maintenir à jour mes compétences. Et cela se traduit par la formation continue. »

La formation continue occupe une place de choix dans la carrière de Mme Vincent Félix et elle estime qu’il s’agit d’un aspect essentiel « pour être en mesure de répondre aux besoins émergents des prochaines années. »

L’avenir de la profession

Avec la montée des maladies chroniques, Mme Vincent Félix voit en l’inhalothérapie une profession appelée à se développer encore davantage et à offrir énormément d’opportunités, en promotion de la santé par exemple. « En matière de promotion de la santé, les professionnels ont un rôle comme éducateurs et l’Ordre met de plus en plus de l’avant cet aspect-là. »

Mme Vincent Félix a consacré sa carrière à s’investir pour l’avancement et le rayonnement de l’inhalothérapie et ce n’est pas la retraite qui va l’arrêter! Elle continue à se dévouer pour la promotion de la santé en s’impliquant auprès de la Fondation des maladies du cœur du Québec, en donnant des formations en réanimation cardiorespiratoire et en développant ses propres projets pour promouvoir la santé des femmes.

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera jamais publié ou partagé. Les champs obligatoires sont identifiés par une *